Le rachat de Mavenir par Mitel

Mitel – qui vient de fusionner avec Aastra, ex-EADS Telecom ou Matra - a annoncé le 4 mars l’acquisition de la société Mavenir pour 560 millions de dollars. Un rachat d’entreprise de plus. Non, il y a autre chose et c’est pourquoi je livre ici cette réflexion.

Qui est Mavenir ? Mavenir est un éditeur de logiciels positionné sur les systèmes de cœur de réseau des opérateurs télécoms. Il propose un système « IMS » (IP Multimedia Subsystem) qui permet de gérer les communications temps réel voix et vidéo dans les réseaux d’opérateurs mobiles 3G/4G. Mavenir a ensuite développé un logiciel pour le système « Evolved Packet Core » introduit dans le LTE (4G) pour gérer les flux de données en mobilité (en remplacement des GGSN et SGSN des réseaux 2G/3G). Il dispose aussi à son catalogue d’un SBC (« Session Border Controller ») pour gérer les échanges de données à la frontière entre 2 opérateurs. Mavenir avait annoncé fin 2013 que ces produits tournaient sur des plates-formes virtualisées. Mavenir a fait un chiffre d’affaire de 130 millions de dollars en 2014 en croissance de 28%.

Mais pourquoi Mitel fait-il l’acquisition d’un constructeur positionné sur le marché des opérateurs tandis que Mitel est bien positionné sur le marché des entreprises ? C’est la question intéressante.

On peut y regarder à 2 niveaux. Un niveau stratégique : de plus en plus, les systèmes de téléphonie d’entreprises vont opérer sur des infrastructures complètement virtualisées typiquement dans un Data Center. Une partie significative du marché va donc passée sous la coupe des opérateurs – Cisco a été un précurseur en proposant son HCS aux opérateurs du monde entier. Mavenir offre donc à Mitel un accès et une légitimité à aborder ce marché.

Par ailleurs – 2e niveau, Mavenir a surtout développé des services supplémentaires autour de l’IMS, incluant notamment tous les services de RCS (« Rich Communication Suite ») dès 2012 : messagerie instantanée de groupe, de vidéo et de partage de contenu en plus de la voix sur LTE (VoLTE). Des services qui peuvent aussi être utilisés par les entreprises. Enfin, Mavenir a développé plus récemment une passerelle permettant d’accéder à tous les services développés sur sa plate-forme IMS à partir d’un simple navigateur en utilisant WebRTC. Ce qui est une brique essentielle dans les développements à venir.

Alors pourquoi ce rachat ? Si vous avez d’autres idées ou d’autres indices, n’hésitez pas à les partager !

Nous en reparlerons.

Jacques Heitzmann, Conseil Telecom